HEINRICH VON MORUNGEN


HEINRICH VON MORUNGEN
HEINRICH VON MORUNGEN

HEINRICH VON MORUNGEN (mort en 1222)

Originaire du château de Morungen, près de Sangerhausen, en Thuringe, le ministérial Henrich von Morungen, un des grands représentants de l’été du Minnesang , fait ses débuts poétiques vers 1190. Des documents attestent son existence en 1217-1218. Ce sont là les seuls éléments sûrs dont nous disposons. À la charnière du XVe et du XVIe siècle, une tradition prétend que Heinrich von Morungen serait entré au monastère Saint-Thomas de Leipzig, qu’il aurait fait un voyage en Inde et serait décédé en 1222.

La Ballade du noble sire de Morungen , attestée pour la première fois en 1459 et reprenant les éléments d’un exemplum de Césaire de Heisterbach (vers 1220-1225), pourrait confirmer ces informations. On pense plutôt qu’il s’agit là d’une légende qui s’est attachée au poète, comme d’autres s’attachèrent au Tannhäuser, à Neidhart et à Konrad von Würzburg.

Heinrich von Morungen incarne le minnesang dans ce qu’il a de meilleur, et il reprend les grands thèmes connus du vasselage d’amour, de la guerre amoureuse et du «chanter ou se taire» (XIII). Il nous a laissé cent quinze strophes qui se répartissent en trente-cinq tons, le ton étant l’édifice musical et rythmique d’une strophe. Trois grandes influences se distinguent dans son œuvre: celle de l’Antiquité classique, d’Ovide notamment auquel il emprunte les thèmes de Narcisse et d’Écho, de Procné et de Philomèle; celle du lyrisme religieux et marial; celle du lyrisme des troubadours, surtout de Bernard de Ventadour, Guilhem de Cabestanh et de Peirol.

Mais il a aussi été marqué par ses prédécesseurs, Henri de Veldeke, Frédéric de Hausen et Rodolphe de Fenis. Heinrich von Morungen utilise exclusivement la forme de la canzone , et se révèle un virtuose de la rime et un maître du dactyle. Sur le plan de la métrique et des images, ses poèmes offrent un tissu dense de répons (cf. XXI). La dame est l’étoile du matin, la lune épanouie, le soleil inaccessible au zénith ou un couchant éblouissant. En dehors de ces topoi du minnesang, Heinrich décrit la dame et ose s’adresser directement à elle, ce qui est une partie de son originalité. Il apostrophe la bien-aimée, la traite de brigande (IX, 1) et de douce meurtrière (XXXIV). La dame n’est pas l’hypostase d’abstraites vertus, elle vit sous nos yeux, apparaît tour à tour comme une suzeraine lunatique, une démoniaque magicienne (V), Vénus (XXII, 3)... Nous l’apercevons à la fenêtre (VIII), appuyée au créneau ou dansant (XXIII), dans son lit que baigne le clair de lune (XXX); nous la voyons sourire, dévisager le poète, pâlir et rougir. Elle vit sous nos yeux, tout comme le poète qui est joyeux (IV), triste (XXIX), jaloux (XIa, 2), résigné (XVII), badin (XVII) ou courroucé (III, 3); il préfère brûler en enfer plutôt que de servir la dame plus longtemps. On le constate, les poèmes de Heinrich von Morungen possèdent une rare force d’évocation; ils sont humains, reflètent des caractères plutôt que de décrire des types, et le poète est autant impressionné par la beauté que par les qualités morales de la dame.

Après Heinrich von Morungen, le minnesang devient abstrait et trop spiritualisé, notamment avec Reinmar de Haguenau, et il faut attendre Walther von der Vogelweide pour revenir à un lyrisme qui ne se coupe pas de toute réalité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Heinrich von Morungen — or Henry of Morungen (died ca. 1220 or 1222) was an German Minnesinger.LifeAlmost nothing about his life can be deduced from Heinrich s songs. Possibly he is identical with the Hendricus de Morungen who is documented in Thuringia. This Hendricus… …   Wikipedia

  • Heinrich von Morungen — Heinrich von Morungen,   mittelhochdeutscher Lyriker vom Ende des 12. und Anfang des 13. Jahrhunderts; sein Stammsitz wird in der Burg Morungen (bei Sangerhausen) gesehen. Aus Urkunden schließt man, dass er längere Zeit im Dienst des Markgrafen… …   Universal-Lexikon

  • Heinrich von Morungen — Heinrich von Morungen, der bedeutendste Minnesinger vor Walter von der Vogelweide, ein ritterlicher Dienstmann des Markgrafen von Meißen, nach der Burg Morungen bei Sangerhausen benannt, lebte am Ende des 12. und Anfang des 13. Jahrh., zuletzt… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Heinrich von Morungen — Herr Heinrich von Morungen (Codex Manesse, 14. Jahrhundert) Heinrich von Morungen († um 1220 in Leipzig) war ein bedeutender Minnesänger. Inhaltsverzeichnis …   Deutsch Wikipedia

  • Heinrich von Morungen — (ca. 1180–ca. 1220)    Historical documents from 1217 and 1218 identify the Middle High German poet Heinrich von Morungen, who was in the service of Margrave Dietrich von Meissen. The famous Manesse manuscript (C; early 14th century) contains a… …   Encyclopedia of medieval literature

  • Heinrich Von Morungen — ▪ German poet died 1222, near Leipzig       German minnesinger, one of the few notable courtly poets from east central Germany.       A native of Thuringia, he spent much of his later life in the service of Duke Dietrich of Meissen. His poems, of …   Universalium

  • Morungen — Stadt Sangerhausen Koordinaten: 51 …   Deutsch Wikipedia

  • Heinrich — ist ein deutscher männlicher Vorname und ein Familienname. Weibliche Formen des Vornamens sind Henrike und Henriette. Der bekannteste Namenspatron ist Heinrich der Heilige († 1024), als deutscher Kaiser Heinrich II. Inhaltsverzeichnis 1… …   Deutsch Wikipedia

  • Morungen — may refer to: Heinrich von Morungen, medieval German minnesinger A suburb of the city Sangerhausen, Germany An alternative spelling of Mohrungen, the German name of Morąg, Poland This disambiguation page lists articles about distinct geographical …   Wikipedia

  • Morungen — Morungen, s. Heinrich von Morungen …   Meyers Großes Konversations-Lexikon